A B C D E F G H I L M N O P Q R S T U V

Toxicomanie


 

Chanson La Blanche de Renaud Séchan – Album Le retour de Gérard Lambert (1981)


 

Salut Michel, ça fait une paye
Que j’t’ai pas vu traîner dans mes ruelles
Qu’est-ce que tu d’viens, moi, ça va bien
Paraît qu’toi tu marches sur un drôle de ch’min
T’as les joues creuses, les mains calleuses
Et la démarche un p’tit peu chaloupeuse
Vraiment tu m’terrasses, bonjour l’angoisse
Paraît qu’t’es tombé dans une drôle de crevasse



Paraît qu’c’est pas tous les jours dimanche
La blanche



Tu bois quelqu’chose, non, t’as pas soif
Y’t’faut ta dose, t’as pas d’thunes, t’es en carafe
Allez prends une bière, ça peut pas t’faire de mal
C’est en vente libre, profites-en c’est pas cher
Au fait tu m’dois cent sacs, j’en fais pas un sac
Mais tes p’tites arnaques, ras l’bol, j’en ai ma claque
Pour décrocher, tu m’as taxé
Pour descendre sur la côte te r’faire une santé



Est-ce qu’elle coûte moins cher à Villefranche
La blanche



Paraît qu’ta gonzesse s’est barrée avec ta caisse
Paraît qu’tu bandais plus pour sa gueule, pour ses fesses
Tu veux qu’j’te dise, t’étais trop bien pour elle
Comment ça, j’ironise ! Mais non j’suis pas cruel !
Eh ben ma gueule, te v’la tout seul
T’as l’regard triste, comme çui d’un épagneul
T’es vachement speed, mais t’as plus rien dans l’bide
T’as qu’la poudre aux yeux, et les yeux bien livides



Y’a vraiment plus qu’une seule chose qui t’branche
C’est la blanche



T’as p’t’être raison, j’te parle comme un vieux con
Mais j’suis un vieux con vivant, j’ai la gaule, j’suis content
Toi t’as les boules, moi j’ai la frite
C’est pas du Bashung, non mon pote, c’est du Nietzsche
Toi tu t’fais une ligne, moi j’bois une bibine
Pendant qu’tu t’dopes, j’fume mes deux paquets d’clopes
Chacun son trip, chacun son flip
Toi c’est pas souvent, qu’t’as des parties gratuites



J’préfère t’laisser tout seul sur ta branche
Avec la blanche



Allez salut Michel, à la prochaine
On s’téléphone, on s’fait une bouffe ça baigne
Eh pi j’vais t’dire si tu m’fais un sourire
Tout c’que j’t’ai dit, ben j’te jure que j’le r’tire
Mais si j’croise ton dealer, j’y fous dans l’cœur
Un coup d’surin, de la part d’un copain
Ça risque d’être dur, vu que c’t’ordure
Un cœur ça m’étonnerait qu’il en ait un



On couchera avant lui entre quatre planches
Toutes blanches